Où acheter votre Chinchilla? Attention danger!

Le chinchilla domestique, espèce menacée?

 Introduction

Cet article, destiné à la reproduction des chinchillas, a pour but de vous informer sur les choses à faire, et surtout à éviter. Étant une internaute invétérée, je me rends compte en surfant sur les sites de petites annonces animalières, que de plus en plus de particuliers font reproduire leurs animaux, sans se soucier de leurs origines, de leur qualité, de leur santé, et sans connaître les règles de base de la génétique ! Les conséquences sont désastreuses, il suffit de jeter un œil sur ces sites en question pour s’apercevoir que la très grande majorité des chinchillas proposés à la vente n’ont plus rien d’un chinchilla !

En plus les conséquences sur l’espèce sont désastreuses, en effet l’exemple le plus flagrant est l’espérance de vie, en 1922 un chinchilla en captivité atteignant sans problème l’âge de 20 ans, et il n’était pas rare d’avoir des animaux de 25 ans, l’espérance de vie il y a 10 ans est passée à 13 ans, et aujourd’hui nous sommes davantage aux alentours des 8 ans!!!! Voyez par vous même !

Acheter un chinchilla un bas prix sur internet contribue à entretenir ce marché qui détruit l’espèce! Article « CHOC » sur les sauvetages et annonces pour maltraitance que nous avons déjà traitées ICI (attention aux âmes sensibles)

Cet article étant relativement long, voici quelques raccourcis si vous désirez accéder directement aux paragraphes qui vous intéressent.

1. Les annonces sur internet: un mélange de tout et n’importe quoi.

2. Points à vérifier avant l’achat d’un animal!

3. Achat d’un couple: mâle/femelle?

4. Pourquoi il est préférable de ne pas faire reproduire vos animaux!

5. Qu’est ce qu’un éleveur?

6. Tableau comparatif entre chinchilla de compagnie et de reproduction (photos!)

7. Photos de foetus, morts nés : les problèmes liés à la reproduction!

8. Chinchilla « taré tueur » à cause de particuliers qui ne font pas de sélection!

Je vous invite également à aller visiter l’article d’un élevage ami professionnel en cliquant ICI.

1. Les annonces sur internet : Voilà quelques exemples concrets d’annonces que j’ai vues sur ces sites :  

  • On constate du fur-chewing (mâchage de fourrure) : maladie caractéristique du chinchilla soit car les animaux sont carencés en vitamines et minéraux (mauvaise alimentation), soit à cause d’un état de stress (surnombre d’animaux dans une même cage, mauvaise hygiène de l’habitat).
  • Maigreur des animaux : cela peut être expliqué par le surnombre, mauvaise alimentation, voire des femelles qui reproduisent sans cesse et s’épuisent.

 

  • Des chinchillas de qualité « compagnie » sont présentés comme reproducteurs, et vendus comme tels. Ainsi la majorité des chinchillas proposés à la vente ressemble davantage à des rats qu’à des chinchillas. Si nous ne faisons rien, nous mettrons l’espèce en danger ! Nous verrons ci-dessous comment distinguer un chinchilla de qualité « compagnie » d’un chinchilla de qualité « reproduction ».

 

  • Des chinchillas consanguins vendus en couple : frères et sœurs vendus ensemble, mère et fils, père et fille… voire pire : une famille chinchilla avec les bébés, vivant tous ensemble dans la même cage alors que l’âge de la maturité sexuelle des jeunes est largement dépassée.

 

  • Des chinchillas trop jeunes proposés à la vente : à partir d’un mois déjà !! Je précise qu’un bébé chinchilla doit être placé vers 3 mois.

 

  • Des appellations de mutations complètement fantaisistes et erronées, prouvant le manque évident de connaissances en la matière de leurs propriétaires ! Voyons quelques exemples : « ebonides, gris isabelle, beige isabelle, moucheté, noir, gris clair, gris foncé…. » Ceci pourrait prêter à sourire, je vous l’accorde, si la situation n’était pas si dramatique en France.

 

  • Le non respect de l’animal : des animaux bradés, voire donnés, on propose « prix à débattre » ou  on les échange contre des objets.

 

  • Des cages non destinées aux chinchillas : cages à lapin, cages à hamster, vivarium, terrarium ! Trop petites et non aménagées. Des cages souillées d’urine et de crottes !

 

  • Des bébés ou couples vendus ensemble alors que leur mutation ne le permet pas ! Comme deux chinchillas aux gènes blanc ensemble, ou deux chinchillas aux gènes velvet ! Facteur létal (Nous verrons ceci plus bas).
  • Des aliments non destinés aux chinchillas, voire très dangereux pour eux : tel que des mélanges avec friandises (il ne faut donner que des granulés verts !) ; des barres de céréales à accrocher à la cage (trop riches en sucres et graisses) ; de la salade fraîche et des légumes et même du chocolat ou biscuits !!!!  Extrêmement dangereux, ces aliments peuvent causer des diarrhées mortelles pour les chinchillas et à long terme la mort de l’animal par carences ou par malocclusion dentaire conduisant à l’impossibilité pour l’animal de se nourrir (l’euthanasie étant la dernière « solution »)

Les exemples de ce type sont quotidiens et innombrables. Cela me désole de voir la situation se dégrader de mois en mois. A l’heure d’internet, il n’est plus concevable de ne pas se renseigner avant l’achat d’un animal ! Les sources sont nombreuses, certes toutes ne sont pas fiables à 100%, mais les informations essentielles y figurent.

Le particulier désireux de se procurer un chinchilla se retrouve donc sur internet confronté à un marché confus. Il n’y a pas que de mauvais « vendeurs » de chinchillas sur internet, mais le problème est qu’il faut savoir différencier les éleveurs amateurs ou professionnels passionnés, des particuliers ou pseudo éleveurs faisant n’importe quoi. Il n’existe pas  en France de label qualité par exemple pour que le particulier puisse faire cette différence. Nous allons donc voir ci-dessous ce à quoi il faudra veiller lors de l’achat de l’animal.

 La responsabilité de certains vendeurs en animalerie n’est pas non plus à négliger. En effet, bon nombre d’entre eux ne connaissent pas les chinchillas et procurent de mauvais conseils ! Parfois même de dangereux conseils ! S’agit-il là d’un manque de formation ? Je l’ignore. D’autres quant à eux ne voient qu’un seul objectif : la vente , et ce parfois à l’encontre du bien être de l’animal. Fort heureusement, tous les vendeurs en animalerie ne sont pas ainsi !

Il conviendra donc, avant l’achat d’un animal de prendre le temps de se renseigner auprès de différents éleveurs amateurs ou professionnels afin d’être sûr du bien fondé des conseils qui vous seront donnés.

 

2. Les points à vérifier avant l’achat de l’animal  (que celui ci soit destiné à la compagnie, ou à la reproduction) :  

-Assurez vous que l’éleveur chez qui vous achetez votre animal ait suffisamment d’expérience avec ces animaux, qu’il puisse répondre à vos questions, et vous conseillez de manière objective (non dans un intérêt de vous vendre à tous prix un de ces animaux !)  

-Assurez-vous que cet éleveur ne fasse pas reproduire à outrance ses femelles (pas plus d’une portée par an). Ceci fragilise non seulement la femelle (elle a des risques de mourir d’épuisement), et cela a un effet considérable sur sa progéniture (retard de croissance, carences, mauvaise qualité, problèmes de santé divers).

 -Demandez à voir les parents de votre futur animal. Demandez à ce qu’on vous donne des renseignements sur l’ascendance (parents, grands-parents..). On devrait vous remettre un pedigree avec les origines de votre animal. Attention, obtenir un pedigree ne signifie pas que votre animal est de qualité à reproduire! Seul un juge qualifié pourra déterminer si votre animal a les qualités suffisantes pour reproduire! Le pedigree ne retrace que l’origine de l’animal.

 -Assurez vous lors de votre visite de l’état de santé de l’élevage, et des animaux (diarrhées, fur-chewing, insalubrité des cages ?) Regardez votre animal avant l’achat : état de ses dents (longueur, couleur orangée), pelage brillant et uniforme, parties anales non souillées, nez propre qui ne coule pas.

Avant tout chose, vous aurez bien réfléchi aux points suivants :

-Le chinchilla est animal nocturne, il doit donc être au calme la journée.

-C’est pour cette raison (entre autre) qu’il ne convient pas aux enfants.

-Il lui faudra une grande cage, avez-vous la place et l’argent ?

-Il peut vivre une quinzaine d’années (voire jusqu’à 25 ans parfois)

-Il a besoin d’attention, aurez-vous chaque jour du temps à lui consacrer pour jouer avec lui ?

-Il a besoin d’une nourriture de qualité (pellets verts de marque Mifuma, Terroin ou Mazuri ; foin de bonne qualité ; branche de noisetier pour les dents ; sable sépiolite tous les jours pour dégraisser son pelage…) tout ceci a un coût.

-Si il tombe malade, il faudra l’emmener chez le vétérinaire, les soins sont très chers.

-Il faudra aussi réfléchir avant l’achat de votre premier animal si vous en souhaitez un seul ou deux. Il est conseillé si vous avez peu de temps (moins d’une heure) à lui consacrer par jour, de prendre deux chinchillas de même sexe pour qu’ils se tiennent compagnie.

3. Un couple mâle + femelle??

Il est fortement déconseillé de prendre un mâle et une femelle ! A moins de faire castrer le mâle avant de le mettre à la femelle. L’opération coûte environ 70en fonction des cliniques. Tous les vétérinaires ne pratiquent pas cette opération, rendez vous dans des cliniques spécialisées en Nac’s et exigez une anesthésie au gaz. La stérilisation des femelles ne se pratique pas ou rarement, car bien trop risquée.

 Vous serez peut-être quand même tenté de faire reproduire votre femelle, même qu’un seule fois, car c’est tellement mignon d’avoir des bébés n’est ce pas ? Sachez que même une seule portée peut être préjudiciable à l’espèce si les parents n’ont pas les qualités nécessaires pour reproduire. Car une femelle va par exemple mettre au monde deux bébés. Ces deux bébés vont à leur tour reproduire dans l’année qui suit, et ainsi de suite…et les « mauvaises » qualités (ainsi que les éventuels problèmes héréditaires internes, ou dont les parents seraient « porteurs » non visibles) seront ainsi également transmis aux générations futures. Il en va donc de la responsabilité de chacun d’entre nous de ne pas transmettre de tares ou des défauts!

Multiplié par le nombre de personnes qui pensent comme vous (une portée, ça ne va pas faire de mal)……. Nous arrivons donc à la situation catastrophique dans laquelle nous nous trouvons actuellement en France : une très grande majorité d’animaux de qualité et de santé très médiocre, et une infime poignée d’animaux seulement aptes à la reproduction.

4.Voici le minimum que vous devez savoir si vous voulez faire reproduire votre femelle :

 

-Âge minimum de la femelle : 9 mois à 1 an pour un poids minimum de 550g à 600g. Un mâle peut reproduire quant à lui vers 4 mois pour les plus précoces. Ce qui signifie donc que vous devez avoir deux cages : une pour le mâle et une pour la femelle.

 

-La mise en couple : souvent ça ne se passe pas très bien. Les chinchillas se battent, et ils peuvent s’infliger des blessures mortelles. Les chinchillas sont territoriaux et donc défendent leur territoire. La mise en couple demande une grande connaissance de ses animaux et de savoir interpréter les signes d’agressivité afin de pouvoir les séparer à temps. Seule l’expérience de l’éleveur permettra une mise en couple dans de bonnes conditions.

-Ne jamais mettre à la reproduction un animal (mâle ou femelle, mais surtout femelle) qui est issu d’un sauvetage, qui a vécu dans de mauvaises conditions (mauvaise nourriture, manque de soins), qui était maigre, en mauvaise santé! Trop souvent, les gens particuliers pensent qu’une fois l’animal « retapé » il peut reproduire! En aucun cas! Les antécédents ne sont pas connus, aucune généalogie (donc grand risque de transmission de maladies génétiques/tares), et surtout vous risquez de perdre la femelle, elle devra à nouveau puiser dans ses réserves pour mener à bien une grossesse. Il est donc suicidaire pour votre animal de vouloir le faire reproduire.

Ne jamais faire reproduire deux chinchillas ayant un gène blanc (par exemple un white violet avec pink white, un white mosaïque avec un wite ebony…) ni deux chinchillas ayant un gène velvet (black velvet avec brown velvet, violet velvet avec white velvet etc.) : c’est ce qu’on appelle le facteur « létal ». Les bébés naissent avec des malformations internes et meurent ou avec des malformations externes (manque d’un membre). Si la femelle n’arrive pas à la fin de la gestation elle peut même mourir à cause des foetus malformés dans son ventre. Il ne faut donc jamais prendre le risque de faire reproduire ce genre de mutations ensemble!!  

Cliquez ici pour voir des photos de foetus!

-Après la saillie la femelle peut rester avec le mâle pendant quelques mois. Il arrive souvent que la saillie n’ait pas été fructueuse, et qu’il faille attendre encore 6 mois voire davantage avant que la femelle soit gestante. 

 -Il faut peser la femelle toutes les semaines et noter son poids, ceci déterminera si elle est gestante ou non, en plus de la technique de la palpation du ventre (à ne faire que par des mains expertes !)

 -Le mâle devra finalement être séparé de la femelle avant la mise bas (une semaine avant environ). Soit vers 100 jours de gestation. La femelle doit pouvoir terminer sa gestation au calme. Si le mâle reste avec elle, il va la saillir à nouveau de suite après l’accouchement et ceci serait très grave pour la femelle (mort par épuisement, malocclusion dentaire)

 -Si tout se passe bien, la femelle aura mis bas sans intervention de l’être humain. Si un bébé reste dans le ventre plusieurs heures après le dernier né, il faut l’emmener en urgence chez le vétérinaire pour pratiquer une césarienne (environ 200€). Cela suppose encore une fois une très bonne connaissance de l’animal, de savoir palper afin de voir si il reste un bébé ou non.

 -La maman devrait pouvoir manger des pellets de lait afin de l’aider en cas de portée nombreuse. Ces pellets sont difficiles à se procurer.

-Les bébés vont téter leur mère, il n’y a pas besoin d’intervenir. Mais il arrive que vous deviez biberonner vous même les bébés (la maman meurt pendant la mise bas, ou elle n’a pas de lait…) dans ce cas, il faut les nourrir toutes les deux heures, jour et nuit, et avec du lait maternisé (17€ le pot de poudre de lait). Ceci a un coût mais demande également d’avoir le temps.

 -Au bout de deux mois (et pas avant !) pour un poids minimum de 250g, les bébés doivent être séparés de leur mère. Ce qui signifie que vous devrez avoir une troisième cage pour les bébés. Ils devront ensuite être nourris normalement (pellets et foin qu’ils auront eu l’habitude de manger avec leur mère). Afin de parfaire leur sevrage social, les bébés devront vivre encore 2 semaines à 1 mois avec un adulte de même sexe ou par groupe de jeunes du même sexe. Pendant cette période cruciale le jeune chinchilla deviendra ainsi un animal bien plus sociable et pourra parfaire son immunité (c’est également pendant cette période que le bébé pourra développer des mycoses/teigne/diarrhée, c’est aussi la raison pour laquelle il n’est pas sérieux de placer un bébé avant ses 3 mois, c’est bien trop risqué pour sa santé). . Au bout de trois mois, ils pourront quitter la maison et emménager dans leur nouvelle famille. Le sevrage alimentaire se fait vers 2 mois et le sevrage social vers 3 mois!

-Le choix de la famille : il faut avoir les nerfs bien accrochés de nos jours quant on décide de vendre des animaux. Notamment sur internet les personnes sont sans scrupules, demandent des prix au rabais, et qu’on ramène les animaux à leur domicile !  Sans compter le très grand nombre de personnes qui par caprice souhaite un animal, qu’ils vont délaisser par la suite, ou abandonner dans la nature…. Soyez également très méfiant des personnes qui cherchent des chinchillas « à donner », parfois ils prennent les animaux gratuitement pour les revendre et ceci est leur seul et unique but. Demandez-vous également comment une personne n’ayant pas les moyens d’acheter son animal, aura par la suite les moyens de lui acheter une nourriture de qualité et de lui procurer des soins vétérinaires si nécessaires ?

 -La femelle doit ensuite restée au repos, pendant 9 à 10 mois, afin de se remettre de cette gestation et de reprendre des forces. Il faudra lui donner des cures de vitamines et de calcium si besoin. Ceci également a un coût.

5.  Se dire « éleveur »

N’oubliez pas non plus qu’un éleveur (ou quiconque souhaite faire de la reproduction) doit avoir un objectif d’élevage. On ne fait pas de la reproduction pour la reproduction, mais toujours dans l’idée d’amélioration de la race. Il faut donc avant toute chose se fixer un plan d’élevage.

La difficulté suivante réside dans l’établissement d’un standard de race. Celui ci n’existe pas à ma connaissance en France. Ce concept existe par exemple pour les chats, et chiens, avec des critères bien précis pour chaque race, mais ce n’est pas encore le cas en France. Cependant il faut bien pouvoir se baser sur des critères afin de savoir si tel ou tel animal est apte à la reproduction.

La meilleure solution reste de fréquenter les expositions de chinchillas (en France une fois par an, et sinon à l’étranger ces expositions sont organisées par des clubs de passionnés de chinchillas et des juges attribuent des points et des prix aux animaux exposés). Vous pourrez en savoir davantage en allant jeter un œil sur mes pages « expositions ».  

6. Tableau comparatif : comment reconnaître un chinchilla apte à la reproduction d’un chinchilla qui ne doit pas reproduire?

Je précise que le critère le plus important reste la santé! Il ne faut pas faire reproduire un chinchilla malade, ou par principe de précaution un chinchilla issu d’une lignée à problèmes.

Si vous n’avez pas cette possibilité, je vous propose un tableau qui devrait vous permettre de savoir différencier un animal destiné à la compagnie, d’un animal ayant les capacités morphologiques pour reproduire. Ce tableau a été réalisé en collaboration avec les membres de mon forum et n’a aucune valeur officielle. Il a été réalisé selon nos propres critères. J’ai volontairement pris des chinchillas opposés (des chinchillas top qualité et des chinchillas n’ayant absolument aucune qualité pour la reproduction) afin d’être la plus claire possible. Je remercie tous les membres du forum Sweetdreams pour m’avoir confié les photos d’illustration.

 Le corps du chinchilla

 

Chinchilla dit « de qualité » ou de reproduction : corps rond, compact, effet « nounours » et « rondouillet », nuque large (« full neck »). Queue plutôt courte

CORPS2

CORPS1

CORPS

CORPS4

CORPS3

Chinchilla dit « de mauvaise qualité ou de qualité compagnie »:

Corps long et fin

RATON CORPS

ratoncorps

RATON CORPS1

ratoncorps (2)

 

 

 

 

  Le profil du chinchilla

 

Chinchilla dit de « qualité ou de reproduction » :

museau rond de préférence (en veillant à ne pas faire reproduire entre eux que des chinchillas à museaux ronds, en raison des problèmes de malocclusion que cela pourrait entraîner). Le museau doit être bien large. Une base de tête large, les oreilles doivent avoir une belle implantation. Les oreilles doivent être de taille petite à moyenne.

Chinchilla dit de « mauvaise qualité ou de qualité Compagnie »:

museau fin, long, triangulaire. Tête triangulaire.

 PROFIL3

PROFIL2PROFIL1PROFILTETE

TETE3

 TETE1

RATON PROFIL

5678l95_23

RATON PROFIL1

ratonprofil

RATON TETE1

RATON TETE

  profil5

profil6

La fourrure du chinchilla  

 

Chinchilla dit de « qualité ou de qualité reproduction » :

elle doit être très courte, compacte, très dense (épaisse entre vos doigts). Lorsque vous passez votre main dans le pelage (comme sur la photo) la fourrure  doit « rester en place ». Elle doit être brillante et de même longueur. Impression d’uniformité de toute la fourrure.

Chinchilla dit de « mauvaise qualité ou de qualité compagnie: »

fourrure souvent trop longue, trop fine, lorsqu’on passe la main dedans, celle ci garde les traces des doigts et ne revient pas en place. La fourrure est terne et non homogène.

 FOURRURE1FOURRUREFOURRURE2FOURRURE411.03.08 (1)lemon1

FOURRURE3

 

 

 RATONFOURRURE1Sans titre 1raton1Fred wv (2)

11.03.08 (2)

 

 

 

RATONFOURRURE

 

 

Vous pouvez faire vous mêmes le test en passant votre main dans la fourrure de votre animal, si celle-ci est « bonne » vous sentirez l’épaisseur entre vos doigts. La fourrure doit se remettre en place (plus ou moins) après avoir enlevé vos doigts.

FOURRURE AVANT  FOURRURE PDT

FOURRURE APRES

Je remercie Laurie Sicamois, Stéphanie et les autres membres pour leurs photos.

Si vous achetez un animal en animalerie ou chez des particuliers non consciencieux vous risquez d’aller plus souvent chez le vétérinaire (problèmes dentaires notamment, les cas de malocclusion dentaires terminent malheureusement par une euthanasie. C’est une maladie que les éleveurs essaient d’anéantir en évinçant de la reproduction les animaux à problèmes sur plusieurs générations parfois, chose que le particulier ne fait pas forcément. Il faut noter également que l’alimentation non adaptée, ne permettant pas une usure optimale de TOUTES les dents est indiquée dans les dernière études vétérinaires en date (2003) comme étant LA cause principale des malocclusions dentaires.

Au final vous aurez dépensé peu d’argent pour l’achat de l’animal mais bien davantage en soins vétérinaires.

Prenez donc le temps de bien réfléchir et de vous orienter vers des éleveurs consciencieux.

 

7. Voici quelques photos de foetus et bébés morts nés

 

Les gestations ne se passent pas toujours sans problèmes, même si nous faisons notre maximum pour apporter le meilleur à nos animaux (je vous laisse imaginer ce que cela devient chez des personnes peu consciencieuses du bien-être de leurs animaux!) Une femelle qui ne dispose pas d’une alimentation équilibrée (notamment carence en vitamine A, E et en minéraux) aura tendance à avorter. De même en cas de consanguinité ou de mariages létaux (white X white ou velvet X velvet), voir par exemple la photo du bébé momifié (on le vot rarement car la femelle le consomme). Si la femelle n’expulse pas son foetus, elle succombera à une infection généralisée.

mort ne3

mort ne

mort ne 2

mort ne 1

IMG_8730

Ci-dessus des cas de bébés morts à la naissance, poids correctes, donc ils sont arrivés à terme, mais ils n’ont pas survécu (généralement les voies respiratoires ne sont pas dégagées et le bébé ne peut pas respirer si vous n’êtes pas là pour faire de la réanimation). Le bébé peut déjà être mort in utéro est être expulsé au moment de l’accouchement. Le bébé peut également se présenter par le siège et manquer d’air s’il est engagé et ne sort pas rapidement.

momie

Ci-dessus il s’agit d’un foetus momifié expulsé lors d’une mise bas. Environ 4 cm de hauteur, très dur, on ne distingue pas les membres.

tete tete2

corps

Ci-dessus un fœtus expulsé par avortement, car issu d’un
couple velvet*velvet!
Le foetus a été démembré, la tête et le

corps sont sortis séparément. Les deux premières photos : il s’agit de la tête du foetus. La photo en dessous : le corps qu’on ne distingue pas très bien à cause des copeaux de bois qui se sont agglomérés.

8. Témoignage d’un membre de mon forum: exemple d’une catastrophe annoncée! 

(Le texte a été copié en l’état. Je remercie Milie pour ce témoignage et pour les photos).

Par le biais de ce post, je souhaite vous faire partager une expérience vécue, pour tous ceux qui seraient encore tentés par la reproduction non sélective….

En 2007, j’ai adopté Kheops, chinchilla white wilson (mosaïque) né le 28 février 2007 de parents Daisy (femelle brown velvet) et Attila (mâle Wilson). En avril 2009, ce chinchilla a été euthanasié, après avoir tué un de mes chinchillas ainsi que le chinchilla de la personne qui l’a accueilli.

Ce chinchi a été attaqué par sa mère lors de la période de sevrage, environ un mois après sa naissance. ça a été un véritable carnage, et la personne chez qui il est né l’a sauvé in extremis au milieu de la nuit en entendant les cris… une petite femelle est née également de cette portée, qui elle n’avait pas été attaquée par la mère mais que « l’éleveuse » a séparé de sa mère également pour ne pas prendre de risques supplémentaires.

Sans titre 1 kheops17

kheops18

La mère de Daisy, donc la grand-mère de Kheops, (il faut que je vois si j’ai la généalogie plus loin dans la lignée à la maison) avait précédemment attaqué sa portée et tenté de tuer ses petits également… cela n’a pas empêché « l’éleveuse » de Daisy de faire reproduire cette femelle, sans aucune prudence. 

Après deux ans chez moi, ce chinchilla avait une morphologie pitoyable, un poil dans un sale état, et n’avait toujours pas entièrement guéri de ses blessures. Il avait notamment l’oreille cassée, et les poils différents sur les parties ou il avait été le plus violemment attaqué…

Il avait sans cesse une attitude bizarre, penchant sa tête en arrière. Nous
trouvions cela rigolo mais en même temps un peu inquiétant…

kheops19

 Dans la cage se trouvaient 3 mâles, Baloo mon gros pépère de près d’un kilo, un black velvet, Nesquick mon pastel moyen et Kheops. Le seul à avoir reproduit était Baloo, mais il était vieux et bien pépère. Pendant deux ans, aucun conflit ne s’est déclaré entre ces trois mâles. 0Tout se passait très bien entre eux, jusqu’au jour ou Kheops s’est violemment attaqué à Baloo, lui a blessé le dos, le museau, etc…. Baloo est décédé peu de temps après cette attaque. J’ai alors séparé les deux mâles restant, cherchant à éviter au maximum les conflits entre mâles…

Le problème a été que Kheops n’avait pas seulement « réglé un problème de
hiérarchie » (bien que je ne remettrai pas 3 mâles ensemble, quand dans la pièce se trouvent des femelles). Kheops m’a violemment attaquée, me mordant au sang, tournant en rond de manière continue à longueur de journée dans sa cage, et s’attaquant quasiment lui-même… Je voulais à ce moment-là euthanasier Kheops…

Après avoir discuté avec une personne amie des bêtes et cherchant à éviter à Kheops l’euthanasie, elle a recueilli ce dernier et a tenté une réadaptation. Tout s’est relativement bien passé jusqu’au jour ou quelques semaines après son arivée, Kheops a attaqué un chinchilla au milieu de la nuit après avoir détruit le bois de sa cage, et qu’il a ensuite attaqué violemment l’humain qui l’a récupéré…

Après ces épisodes, Kheops a été euthanasié…

J’ai contacté « l’éleveuse » qui m’a alors annoncé que la grand-mère était décédée de crises d’épilepsie jeune, alors que la fille, qu’elle avait revendue entre temps était décédée d’une crise cardiaque..

Je persiste à dire que la sélection qui a été faite sur cette lignée a été
catastrophique et il serait bon que nous soyons vigilants et que nous
cherchions tous à protéger les futurs acquéreurs de tels problèmes….

A ce jour seule la soeur est vivante, aux dernières nouvelles, et je n’ai aucune idée de savoir si elle reproduit ou pas….

Une part de l’attaque de Kheops sur Baloo découle certainement de ma responsabilité (3 mâles ensemble, non castrés) mais l’état de santé de cet  animal découle d’une absence de sélection et il est bon de rendre attentif les gens à cet aspect de la repro….

Rédaction : Sandra Patassi


Free counter and web stats


 

 

3 réflexions sur “ Où acheter votre Chinchilla? Attention danger! ”

  1. Bonjour,
    Je viens de lire vos articles sur la maltraitance de chinchilla. J’ai décidé d’acheter trois mâle à un petit élevage de chinchillas je les ai déjà réservés et j’irai cherché le 08 août. Seulement malgré le fait que je me suis beaucoup renseigné je ne savais pas qu’il ne fallait pas mettre trois mâle dans la même cage « cage faite sur mesure et aussi grosse qu’une très grande armoire ». L’éleveuse à qui je les ai acheté les à habitué à être ensemble. Je n’ai absolument pas l’intention de faire de la reproduction donc il n’y aura jamais de femelle à la maison. Cela reste t-il dangereux pour mes futurs compagnons? Je n’aimerai pas en laissez un tous seuls mais si c’est pour évitez ce genre de problème …

    1. Je ne suis pas l’auteur de l’article mais je suis tombée par hasard sur votre question. D’après mon expérience je pense que si les 3 chinchillas mâles ont été élevés ensemble, qu’ils ont une grande cage en commun en plus d’être sortis ensemble régulièrement, et qu’ils ne se retrouvent jamais en contact avec une femelle, il n’y a pas de raisons que quelque chose se passe mal, puisque les deux points les plus critiques pour déclencher une dispute (manque d’espace et bataille pour se reproduire) n’existeront pas. Afin d’être sur d’anticiper tout souci, il faut peut être prévoir la possibilité de faire des compartiments dans la cage. Mais tant qu’il n’y a pas de problèmes, je crois qu’il vaut mieux qu’ils restent ensemble pour ne pas se « déshabituer » de leurs présences et de leurs odeurs.

  2. L’article est assez instructif je trouve. Par contre, ce qui me chiffonne un peu c’est en ce qui concerne l’euthanasie. Est-ce que c’était vraiment nécessaire de le faire? N’y avait-il pas eu d’autres méthodes pour assurer l’éducation de l’animal et de le remettre sur le droit chemin?

Répondre à Garde d'animaux Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Elevage familial responsable

Site crée par Sandra Wagner Copyright © tous droits réservés